Mise en demeure d’une société pour surveillance excessive de ses salariés

La CNIL a décidé de rendre publique la mise en demeure qu’elle avait adressée le 16 décembre 2011 à une PME lui ordonnant de modifier un dispositif de vidéosurveillance. Suite à la plainte d’un salarié, un contrôle de la CNIL avait permis de constater que ce dispositif installé dans les locaux de l’entreprise comportait 8 caméras alors que le personnel de la société ne comportait que 8 salariés, soit une caméra par salarié. Lors de ce contrôle, la CNIL avait également constaté que les personnes filmées étaient insuffisamment informées et que la durée de conservation des fichiers vidéo était excessive.

Pour consulter le communiqué sur le site de la CNIL