Sanction pour manquement au droit d’accès et non-coopération avec la CNIL

Une personne avait demandé la transmission de son dossier médical à son ancien cabinet dentaire. En l’absence de réponse de sa part, elle a porté plainte auprès de la CNIL sur le fondement de “l’absence de réponse à sa demande d’accès aux données à caractère personnel contenues dans son dossier médical”. Face à l’absence de réponse du cabinet médical aux sollicitations de la CNIL, une procédure de sanction a été engagée. Par une délibération du 18 mai 2017, la formation restreinte de la CNIL a estimé que le cabinet dentaire avait effectivement manqué à l’obligation de respecter le droit d’accès de son ancien patient. Elle estime que “le secret médical ne [pouvait] s’opposer, en l’espèce, à la communication au patient des données le concernant et contenues dans son dossier médical” et que “le comportement [belliqueux] du plaignant [était] sans incidence” au contraire de ce que faisait valoir le cabinet médical. La CNIL relève également un manquement aux obligations de répondre à ses demandes puisque ses “cinq courriers (…) sont restés sans réponse”. Eu égard aux manquements relevés, le cabinet dentaire a été condamné à une sanction pécuniaire de 10 000 € et à la publication de la délibération.

Pour lire la délibération de la formation restreinte de la CNIL