Indemnisation pour perte de chance dans un cas de contrefaçon de photographies

Un photographe professionnel reprochait à une société d'avoir reproduit et représenté trois de ses photographies sans son autorisation, faisant valoir que ces actes avaient "engendré pour [lui] une perte de chance de pouvoir vendre ses tirages originaux". Dans un jugement du 22 septembre 2017, le TGI de Paris a fait droit à ses demandes, affirmant que ses photographies "ayant été largement diffusées sans son consentement, celui-ci [pouvait] en effet se prévaloir d'une perte de chance de pouvoir espérer [en] vendre des tirages originaux (...) alors qu'il [était] photographe professionnel".

Pour lire le jugement sur Legalis.net