Obligation d’information de l’employeur préalablement à l’installation d’un système de géolocalisation

Un salarié sollicitait la condamnation de son ancien employeur pour rupture abusive de son contrat de travail, soutenant que celui-ci n’avait pas respecté son obligation d’information préalable à la mise en œuvre d’un système de géolocalisation sur les véhicules de ses salariés. Dans un arrêt du 20 décembre 2017, la Cour de cassation a confirmé l’arrêt par lequel la Cour d’appel avait considéré que la prise d’acte de cette rupture par le salarié produisait les effets d’une démission, au motif qu’il “n’était pas justifié [à cette date] d’un manquement de l’employeur rendant impossible la poursuite du contrat de travail”, la société ayant auparavant “organisé une réunion d’information (…) suivie d’une déclaration à la CNIL (…) et (…) rappelé les finalités de la géolocalisation” par lettre adressée au salarié.

Pour lire l’arrêt sur Légifrance