Le Conseil constitutionnel valide la loi adaptant la législation française au RGPD

Le 12 juin 2018 le Conseil constitutionnel a notamment décidé que si "le législateur [avait] fait le choix de modifier les dispositions de la loi du 6 janvier 1978 en y introduisant des dispositions dont certaines sont formellement différentes de celles du règlement, il n’en résult[ait] pas une inintelligibilité de la loi", et a ainsi écarté les arguments des sénateurs qui arguaient de l'inconstitutionnalité de la loi. Le Conseil s'est également prononcé sur l'emploi d'algorithmes “auto-apprenants” par l'administration, c’est-à-dire "susceptibles de réviser eux-mêmes les règles qu’ils appliquent, sans le contrôle et la validation du responsable du traitement", en lui interdisant de les utiliser "comme fondement exclusif d’une décision administrative individuelle". La loi relative à la protection des données personnelles a été promulguée le 20 juin 2018.

Pour lire la décision du Conseil constitutionnel