La Cour de cassation rappelle les conditions de la géolocalisation des salariés

Dans un arrêt du 19 décembre 2018, la Cour de cassation a rappelé que selon l’article L.1121-1 du code du travail, "nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché". Un syndicat de postiers contestait la licéité d’un système de géolocalisation enregistrant "la localisation des distributeurs toutes les dix secondes au moyen d’un boîtier mobile que les distributeurs portent sur eux lors de leur tournée et qu’ils activent eux-mêmes". La Cour a souligné que l’utilisation d’un tel moyen de contrôle de la durée du travail n’était licite que s’il ne pouvait être opéré par un autre moyen, "fût-il moins efficace que la géolocalisation". Elle a également jugé que le recours à un tel système ne pouvait être justifié "lorsque le salarié dispose d’une liberté dans l’organisation de son travail".

 Pour lire l’arrêt sur Légifrance