La diffamation publique ne peut être caractérisée en présence d’une communauté d’intérêts entre les destinataires du courriel incriminé

Dans un courriel adressé à des correspondants de l’académie et de l’inspection de l’Education nationale ainsi qu’aux parents d’une élève, une directrice d’école avait fait état du mauvais comportement de cette élève en classe, qu’elle imputait à la négligence de ses parents. S’estimant atteints dans leur honneur, ces derniers ont déposé une plainte avec constitution de parties civiles pour diffamation publique. Par un arrêt du 22 janvier 2019, la Chambre criminelle de la Cour de cassation a confirmé la décision des magistrats instructeurs qui avaient déclaré la plainte irrecevable dans la mesure où les faits visés n’étaient pas constitutifs du délit de diffamation publique. La Cour a en effet jugé qu’"entre le chef d’un établissement scolaire (…) et les membres de l’inspection académique il exist[ait] un groupement de personnes liées par une communauté d’intérêts", de sorte que la publicité des propos n’était pas caractérisée.

  Pour lire l’arrêt sur Légifrance