La CEDH constate la violation du droit à la vie privée d’un militant fiché dans une base de données tenue par la police britannique

Par un arrêt du 24 janvier 2019, la CEDH a jugé que le traitement par les services de police anglais des données personnelles d’un militant politique au moyen d’un fichier recensant les individus liés à “l’extrémisme national” était contraire au droit au respect de la vie privée garanti par l’article 8 de la CEDH. Le requérant avait saisi la CEDH en invoquant ce droit au respect de la vie privée après s’être vu refuser sa demande d’effacement de ses données personnelles. La CEDH a relevé que les données personnelles traitées révélaient les opinions politiques des personnes concernées de sorte qu’elles nécessitaient une protection accrue. Elle a ainsi condamné le Royaume-Uni après avoir constaté l’ambiguïté de la base légale sur laquelle reposait le traitement de données et leur durée de conservation potentiellement illimitée.

Pour lire l’arrêt de la CEDH (en anglais)