La clause attributive de compétence doit être spécifiée de façon très apparente

Le 27 avril 2020, le Tribunal de commerce de Paris a prononcé la nullité d’une clause attributive de compétence faute d’avoir été spécifiée de façon très apparente. L’examen des conditions générales de la plateforme assignée pour dénigrement faisait notamment apparaître que le paragraphe relatif à l’élection de for et à la loi applicable était rédigé "en petits caractères dans la même très petite taille de police que l’ensemble" du texte et  "ne se différenci[ait] pas des autres paragraphes".

Pour lire le jugement sur Legalis.net

Adoption de la proposition de loi dite « Avia » contre la cyberhaine

Le 13 mai 2020, la proposition de loi visant à lutter contre les contenus haineux sur Internet a été adoptée. Elle impose notamment aux plateformes de retirer, dans un délai d’une heure après notification de l’autorité administrative, tout contenu à caractère terroriste ou pédopornographique et, dans un délai de 24 heures après notification d’un internaute, tout contenu relevant manifestement d’une liste d’infractions pénales telles que les injures raciales, le harcèlement sexuel ou le négationnisme. Elle a, depuis, fait l’objet d’une saisine du Conseil constitutionnel.

Pour lire la proposition de loi

La température corporelle des employés constitue une donnée sensible de santé

Le 7 mai 2020, la CNIL a indiqué que les employeurs ne peuvent traiter que les données strictement nécessaires à la mise en place de mesures organisationnelles. Les employeurs ne peuvent pas utiliser des caméras thermiques ni constituer des fichiers relatifs à la température corporelle de leurs employés. Ils peuvent toutefois prendre ces températures au moyen d’un thermomètre manuel sans aucune conservation ou traitement du résultat obtenu. Les tests de dépistage sont soumis quant à eux au secret médical.

 Pour lire l'article de la CNIL

La CNIL s’engage dans un objectif de sobriété numérique

Le 5 mai 2020, la CNIL s’est associée à huit autorités indépendantes pour déterminer leurs rôles dans le cadre de l’Accord de Paris signé en 2015. Selon la CNIL, l’application du RGPD produirait des externalités positives sur l’environnement car "la minimisation de la collecte des données et la limitation de la durée de conservation (…) peuvent avoir pour effet de contribuer aux objectifs de sobriété numérique". La CNIL joue également un rôle de sensibilisation sur l’impact environnemental du numérique.

Pour lire le document de travail des autorités

L’Autorité de la concurrence rejette la saisine d’une plateforme de distribution de chaînes de télévision

Le 30 avril 2020, l’Autorité a rejeté la saisine pour abus de position dominante et abus de dépendance économique présentée par une plateforme de distribution de chaînes de télévision "over the top" à l’encontre de deux chaînes de télévision linéaire, qui avaient rompu leurs accords de distribution avec la plateforme. L’Autorité a considéré que les éléments du dossier ne démontraient pas "l’existence d’une position dominante collective" et que la plateforme n’était pas dans une situation de dépendance économique vis-à-vis des chaînes.

Pour lire la décision de l’Autorité

Google doit rétablir les annonces publicitaires de sociétés de renseignements téléphoniques

Le 30 avril 2020, le Tribunal de commerce de Paris statuant en référé d’heure à heure a ordonné au moteur de recherche de rétablir les annonces Google Ads de plusieurs sociétés de renseignements téléphoniques, sous astreinte de 100 000 euros par jour de retard. En application d’une modification unilatérale de ses conditions d’utilisation, Google avait cessé de publier les annonces de ces sociétés, alors que l’Autorité de la Concurrence avait souligné la dépendance du secteur à son égard.

Pour lire l’ordonnance sur Legalis.net

Prise en compte de la perception du public dans l’appréciation des signes tridimensionnels exclusivement constitués de la forme du produit

Le 23 avril 2020, la Cour de justice de l’Union européenne a jugé que la perception du public pouvait être prise en compte pour identifier les caractéristiques essentielles d’un signe tridimensionnel constitué de la forme d’un produit, et pour déterminer si la forme de ce produit lui confère sa valeur substantielle. En revanche, la perception du public ne peut être utilisée pour juger si cette forme est nécessaire à l’obtention d’un résultat technique.

Pour lire l'arrêt de la CJUE

La CNIL émet des recommandations relatives aux traitements de données pour la distribution des masques

Le 28 avril 2020, la CNIL a indiqué quels fichiers les communes pouvaient utiliser et quelles données pouvaient être traitées pour l’organisation et le suivi de la distribution de masques, et pour l’information des administrés. Les communes peuvent notamment utiliser les listes électorales et les registres d’alerte et d’information. Le 1ermai 2020, la CNIL a admis l’extraction de certaines données du fichier de la taxe d’habitation (identité, adresse, composition du foyer) aux fins de l’envoi des masques.

Pour lire les communiqués des 28 avril et 1ermai

La CNIL émet des recommandations sur la réutilisation de données à des fins de prospection commerciale

Le 30 avril 2020, à la suite de plaintes d’internautes, la CNIL a indiqué les règles applicables à la collecte de données personnelles publiquement accessibles en ligne (issues notamment de petites annonces ou d’annuaires) et à leur réutilisation à des fins de démarchage. La CNIL rappelle notamment que la licéité de telles pratiques est conditionnée à l’information des personnes concernées lors de la prise de contact, au recueil de leur consentement et au respect de leur droit d’opposition.

Pour lire le communiqué de la CNIL

Le Traité de Beijing sur les interprétations et exécutions audiovisuelles entre en vigueur

Le 28 avril 2020, le Traité de Beijing adopté le 24 juin 2012 et signé par trente parties contractantes est entré en vigueur. Ce traité renforce les droits  de reproduction, de distribution, de location, de mise à disposition et de communication au public conférés aux artistes interprètes et aux exécutants sur leurs interprétations ou exécutions audiovisuelles. Il permet notamment l’augmentation des paiements liés à la retransmission.

Pour lire le communiqué de presse de l’OMPI