Condamnation à un an de prison ferme en matière d’e-réputation

Par un arrêt du 13 avril 2016, la Cour d’appel de Paris a condamné à une peine de deux ans d’emprisonnement dont un an ferme une femme qui s’était rendue coupable de divers actes malveillants et de harcèlement à l’égard de deux de ses ex-compagnons et de leur entourage. La Cour a relevé que “les faits ont été commis durant de nombreux mois au préjudice de plusieurs victimes qui en ont été profondément affectées” et a ainsi condamné la jeune femme pour violence avec préméditation consistant en des messages électroniques à caractère injurieux et diffamatoire, usurpation d’identité par la création de fausses pages sur les réseaux sociaux diffusant des informations fausses et diffamatoires, appels téléphoniques malveillants et atteinte à l’intimité de la vie privée par fixation ou transmission de l’image d’une personne.

Pour lire l’arrêt sur Legalis.net