Simplification du dispositif relatif à l’obligation d’utiliser des logiciels de caisse sécurisés et certifiés

Le 15 juin 2017, le Ministre de l’Action et des Comptes publics a annoncé vouloir simplifier le dispositif de la loi de finances de 2016 visant l’obligation pour les commerçants et autres professionnels assujettis à la TVA d’utiliser des logiciels de caisse, de comptabilité et de gestion sécurisés et certifiés, “face à l’inquiétude exprimée par les entreprises, notamment les plus petites d’entre elles, quant à [sa] mise en œuvre au 1er janvier 2018”. Le Ministre a notamment précisé que seuls seraient concernés par le dispositif les “logiciels et systèmes de caisse, principaux vecteurs des fraudes constatées à la TVA”, et que “la redéfinition du périmètre de l’obligation [permettrait] d’alléger la complexité induite, tant pour la mise en conformité initiale que pour le quotidien des entreprises”. Selon le communiqué de presse, cette modification fera l’objet de “mesures législatives d’ici la fin d’année, pour une entrée en vigueur du dispositif comme prévu au 1er janvier 2018”.

Pour lire le communiqué de presse du Ministre de l’Action et des Comptes publics

Nouvelle procédure de certification des hébergeurs de données de santé

L’article 1er de l’ordonnance du 12 janvier 2017, relative à l’hébergement de données de santé à caractère personnel, a modifié l’article L. 1111-8 du Code de la santé publique. Désormais, les hébergeurs de données de santé sur support électronique devront être titulaires d’un certificat de conformité dont un décret en Conseil d’Etat fixera les conditions de délivrance. Par ailleurs, le nouvel article reprend les obligations auxquelles les hébergeurs sont soumis, telles que l’interdiction de cession à titre onéreux des données de santé, l’interdiction d’utilisation de celles-ci à des fins autres que la mission d’hébergement et la soumission de ces hébergeurs au secret professionnel. L’ordonnance entrera en vigueur à une date fixée par décret et au plus tard le 1er janvier 2019. Les agréments obtenus avant cette date continueront de produire leurs effets jusqu’à leur terme, et les hébergeurs dont les agréments arriveront à terme dans les douze mois suivant l’entrée en vigueur du nouvel article disposeront d’un délai minimum – qui sera fixé par décret – pour se mettre en conformité.

Pour lire l’ordonnance sur Légifrance

Certification de l’AFNOR sur la fiabilité des avis en ligne de consommateurs

Le 4 juillet 2013, l’AFNOR a publié une nouvelle norme « NF Z74-501 » qui permet de fiabiliser les méthodes de traitement, de collecte et de restitution des avis en ligne de consommateurs de produits et services. Dès septembre, une certification « NF service » sera proposée aux sites voulant prouver la fiabilité des avis en lignes de consommateurs qu’ils affichent. L’AFNOR précise que les sites certifiés répondront à des exigences de contrôles rigoureux.

Pour lire le communiqué de l’AFNOR

Proposition de loi relative à la protection de l’identité

Un sénateur propose une série de dispositions destinées à moderniser la carte nationale d’identité et à démocratiser la signature électronique. Les cartes nationales d’identité devraient être équipées de puces électroniques sécurisées contenant des données biométriques numérisées mais également, si son titulaire le souhaite, un système d'authentification à distance et de signature électronique. Une base centrale des titres d'identité et de voyage, contenant les données fournies par les demandeurs de titres, à l’exception de celles nécessaires à la signature électronique, devra également être créée, dans le respect de la loi du 6 janvier 1978 « informatique et libertés ». Pour lire la proposition de loi sur le site du Sénat