La Cour d’appel enjoint au service des greffes de communiquer une décision de justice

Une société éditrice d’un moteur de recherches et d’une plateforme d’information juridique avait demandé au greffe de la Cour d’appel de Douai la communication d’un arrêt. Par un arrêt du 21 janvier 2019, la Cour d’appel de Douai a enjoint au Directeur des services de greffe judiciaire  de communiquer la décision au requérant, sous forme papier ou numérique. Elle a  précisé que "la décision sollicitée a[vait] été rendue publiquement, - que le caractère public du jugement conf[érait] aux tiers le droit de s’en faire délivrer une copie par le greffe de la juridiction, - que le refus [pouvait] être justifié par un souci de bonne administration de la justice et de la protection des données à caractère personnel, s’agissant du traitement de masse". Elle a ensuite constaté l’absence "de raison juridique permettant de s’opposer à la communication de la décision sollicitée".

Arrêt non publié

Absence d’atteinte à la vie privée par la mise en ligne d’archives de presse

Deux requérants allemands avaient saisi la CEDH pour atteinte à leur vie privée résultant de l’accès via le site internet de trois médias à d’anciens reportages relatifs à leur condamnation pour assassinat en 1993. Par un arrêt du 28 juin 2018, la CEDH a jugé qu’il n’y avait pas eu violation du droit au respect de leur vie privée après avoir relevé que "la disponibilité des reportages litigieux sur les sites web des médias au moment de l’introduction des demandes des requérants contribuait toujours à un débat d’intérêt général que l’écoulement d’un laps de temps de quelques années n’a[vait] pas fait disparaître" et que "l’inclusion dans un reportage d’éléments individualisés, tel le nom complet de la personne visée, constitue un aspect important du travail de la presse (…), et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit de reportages sur des procédures pénales ayant suscité un intérêt considérable".

Pour lire l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme