L’adresse IP d’un salarié peut constituer une preuve illicite

Dans un arrêt du 25 novembre 2020 rendu sous l’empire de la Loi Informatique et Libertés dans sa version antérieure au RGPD, la Cour de cassation a jugé que l’adresse IP d’un salarié doit être considérée comme une donnée personnelle dont le traitement doit être déclaré à la CNIL. En l’absence de déclaration, la production de l’adresse IP d’un salarié pour justifier son licenciement constitue un moyen de preuve illicite, qui peut cependant être recevable si sa production est indispensable à l’exercice du droit à la preuve et proportionnée au but poursuivi.

Pour lire l'arrêt de la Cour de cassation

Illicéité de la preuve par géolocalisation en l’absence d’information du salarié

Dans un arrêt du 6 mai 2015, la Cour d’appel de Montpellier a confirmé la requalification d’un licenciement pour faute grave en licenciement pour cause réelle et sérieuse d’un employé, auquel il était notamment reproché de ne pas exécuter totalement son temps de travail hebdomadaire. À cette occasion, la Cour a relevé que la preuve par le système de géolocalisation des véhicules de la société ne pouvait pas être retenue en raison de son illicéité, puisqu’elle ne figurait pas parmi les finalités communiquées à l’employé, et ce même si la déclaration à la CNIL conforme à la norme NS 51 englobait la finalité accessoire du suivi du temps du travail lorsque celui-ci ne pouvait pas être réalisé par d’autres moyens. Elle a cependant admis les autres preuves apportées pour confirmer le licenciement.

Arrêt non encore publié