Le Conseil d’Etat précise la notion de motif légitime invoqué à l’appui d’une demande d’opposition à l’enregistrement et à la conservation de données

Un inspecteur d’académie avait rejeté l’opposition, formée par la mère de deux élèves, à l’enregistrement et la conservation des données personnelles de ses enfants dans deux bases de données. Par un arrêt du 18 mars 2019, le Conseil d’Etat a rejeté le recours de la requérante, précisant que ce droit d’opposition était “subordonné à l'existence de raisons légitimes tenant de manière prépondérante à sa situation particulière”. Il a ainsi approuvé la Cour administrative d’appel qui avait relevé que “pour faire opposition au traitement des données concernant ses enfants, [la requérante] se bornait à invoquer des craintes d'ordre général (…) sans faire état de considérations qui lui seraient propres ou seraient propres à ses enfants”.

Pour lire l’arrêt sur Légifrance