Publication de la CNIL sur la numérisation des activités humaines

Le 28 mai 2014, la CNIL a présenté son second "cahier IP - Innovation et Prospection", intitulé "Le corps, nouvel objet connecté". La Commission y étudie l'impact potentiel de la numérisation des activités humaines sur la vie privée et les libertés individuelles. Elle part du constat que les pratiques de"quantified self" ou "auto-quantification", consistant à mesurer et comparer des variables relatives au mode de vie par"l’utilisation de capteurs corporels connectés (…) et d’applications sur mobiles, (…) se caractérisent par des modes de capture des données de plus en plus automatisés, et par le partage et la circulation de volumes considérables de données personnelles". La CNIL recommande de préférer notamment l’utilisation d’un pseudonyme sur les plateformes où des données peuvent être publiées, de ne pas automatiser leur partage vers les réseaux sociaux, de ne partager les données qu'avec un cercle de confiance en limitant l'accès au travers des paramètres de confidentialité, et d'effacer ou récupérer les données lorsqu’un service n’est plus utilisé.

Pour lire le cahier IP n°2 de la CNIL

Recommandations de la CNIL sur les applications dites « quantified self »

Le 26 novembre 2012, la CNIL a publié des conseils relatifs à l’utilisation des applications destinées à analyser mathématiquement les données personnelles de leurs utilisateurs. Ces applications dites de « quantified self » permettent aux utilisateurs de smart phones de capter et d’analyser diverses données personnelles de leurs vies quotidiennes telles que leurs performances sportives ou leurs cycles de sommeil. La CNIL rappelle que « la frontière peut être floue entre le médical et le simple suivi de son bien-être » et préconise quelques précautions destinées à protéger ces données qui peuvent s’avérer être des données sensibles. Parmi ces précautions, la CNIL recommande notamment de ne pas interconnecter ce type de données avec d’autres services et d’en limiter la publication.

Pour lire le communiqué de la CNIL