Nullité d’un contrat pour absence d’indication des prérequis avant signature

Une société avait conclu un contrat de prestation de mise en œuvre d’une plateforme avec un prestataire. Suite aux difficultés rencontrées depuis l’installation de la plateforme, elle avait sollicité l’annulation du contrat devant le juge. Dans un arrêt du 7 décembre 2017, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence, infirmant le jugement attaqué devant elle, a annulé le contrat pour erreur sur ses qualités substantielles, compte tenu du manquement commis par le prestataire à ses obligations de conseil et d’information avant la conclusion du contrat, en particulier l’absence d’indication valide sur les prérequis indispensables à l’installation de la plateforme.

Arrêt non publié

Manquement à l’obligation d’information et de conseil du prestataire informatique

Un prestataire informatique qui avait mis en place un logiciel de gestion de paie au sein d’une société spécialisée dans les transports routiers a procédé à des paramétrages dans le cadre d’une nouvelle réglementation applicable. Suite à cette intervention, la société, constatant une mauvaise application de cette réglementation due à des anomalies dans la mise à jour du logiciel, a assigné le prestataire en réparation de son préjudice. Par un arrêt du 8 février 2017, la Cour d’appel de Colmar a confirmé le jugement de première instance qui avait retenu la responsabilité du prestataire informatique, estimant qu’il n’avait pas respecté son obligation d’information et de conseil, “accessoire de l’obligation de délivrance”. La Cour a relevé qu’il lui appartenait “d’interroger sa cliente, ou de faire le point avec elle sur certaines difficultés”, ce qui n’avait pas été le cas dès lors qu’elle était intervenue près de 10 mois après la première interrogation du client, commettant ainsi “une faute en se désintéressant de la situation durant près d’un an (...) et en ne remédiant pas aux dysfonctionnements dénoncés”.

Arrêt non publié